Non à l’augmentation de la carte imagine R !

Communiqué du comité départemental du POID                             16 août 2017

À la rentrée de septembre, 3 000 lycéens boursiers de Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre et le plus jeune d’Île-de-France, vont devoir payer 33 euros de plus pour leur carte de transport Il s’agit de l’abonnement Imagine R qui leur permet de se déplacer en Île-de-France en empruntant le métro, les bus et les trains. Ils devront en plus avancer l’intégralité de leur abonnement, soit 350 euros, avant de recevoir un remboursement partiel de la région et du département. Auparavant, cette aide était directement décomptée du prix à régler lors de la souscription de l’abonnement.

Comment en est-on arrivé là ?

La région Île-de-France, majorité de droite (présidée par Valérie Pécresse), et le département de Seine-Saint-Denis, majorité de « gauche » PS-PCF-EELV, (présidé par Stéphane Troussel), sont en conflit sur la répartition des sommes. La région a décidé de modifier le partage du financement de l’allocation1. Avant, le département ne versait que 34 % de la somme contre 66 % pour la région. Désormais, la région a décidé de ne plus prendre en charge que 50 % (les autres 50 % devant être pris en charge par le département). Mais le département refuse cette nouvelle répartition… et règle la question en renvoyant tout sur les lycéens boursiers et leurs familles.

En effet, quelles sont les conséquences pour les lycéens boursiers ?

Ce sont les lycéens boursiers et leur famille qui font les frais de ce conflit. Et la « gauche » et la droite se rejettent la responsabilité. Stéphane Troussel explique que « les transports et les lycées, c’est la compétence de la région » et précise : « Sauf si Valérie Pécresse revient à la raison, les familles vont effectivement payer plus » ! Et il propose que les lycéens boursiers écrivent à la région Ile-de-France ou qu’ils s’adressent, à l’intérieur des lycées, aux fonds sociaux ! Quant à Valérie Pécresse, elle indique que c’est une question d’équité et que les autres départements prennent en charge 50 % de l’allocation. Respectueuses de l’austérité dictée par l’Union européenne et des coupes imposées par le gouvernement Macron, la « gauche » (qui dirige le département) et la droite (qui dirige la région) se sont donc mises d’accord… pour faire payer les familles les plus modestes ! Alors que le gouvernement Macron-Philippe a entrepris de remettre en cause l’ensemble des droits des travailleurs et de la jeunesse, comment comprendre qu’un conseil départemental de « gauche » relaie de fait la politique d’austérité du gouvernement en décidant de faire payer plus aux familles ?

Inacceptable !

Dans une situation déjà extrêmement difficile, les jeunes, leurs familles et la population sont en droit d’exiger : Annulation de la hausse de 33 euros de l’abonnement Imagine R pour les lycéens boursiers de Seine-Saint-Denis et de l’avance des 350 euros par les familles !

1)il faut préciser que Corinne Valls, conseillère départementale PS et représentante du conseil départemental au conseil d’administration du Syndicat des transports d’Île‐de‐France (STIF) a voté en faveur de cette nouvelle répartition…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s